Réponse de la liste "Pour l’Europe des gens contre l’Europe de l’argent" (PCF)

"Au collectif du Combat contre Monsanto,

Nos députés européens sortants avec Patrick Le Hyaric ont mené un combat tout au long de leur mandat contre le Grand Marché Transatlantique (TAFTA) contre le projet de libre échange entre l’UE et 16 pays de l’Afrique de l’Ouest.

Ils ont défendu régulièrement le monde agricole en interpellant la Commission par le biais de nombreuses questions écrites dénonçant l’ouverture totale des marchés agricoles, leurs conséquences sur les petits paysans et y opposant un système de prix rémunérateurs pour leur production.

Ils se sont prononcés contre le traité avec le Canada, lourd de danger pour notre alimentation.

Je puis vous dire que non seulement je continuerai ce combat mais que je ferai de nouvelles propositions pour aider les agriculteurs à changer de mode production en les accompagnant financièrement.

1/ Je suis donc résolument pour une réforme de la PAC pour mettre en place une agriculture respectueuse de la biodiversité et de la santé des personnes.
Il faut pour cela revoir de fond en comble le budget de la PAC (300 Milliards) qui doivent aider les agriculteurs à supporter la transition vers cette agriculture écologique qui créera des emplois, comme des exemples le montrent.

2/ C’est pourquoi je continuerai le combat de mes amis du groupe de la Gauche Unitaire Européenne (gauche verte nordique (GUE/NGL) pour le non renouvellement de l’autorisation du glyphosate dès 2020 car ce n’est pas un changement de pesticides qu’il faut mais un changement complet de mode de production que les Français et les Françaises ainsi que les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à vouloir.

3/ Vous avez raison de souligner que la proposition 218 du 11 avril 2018 est un premier pas obtenu grâce au combat des citoyens et de certains élus, mais très insuffisant car les autorisations de mise sur le marché des produits de synthèse liés à l’agriculture doivent être protégées de tout conflit avec les industriels du secteur agrochimique.
Il faut donc des critères clairement définis par des agences européennes indépendantes des industriels et de tous les lobbies.
La décision du tribunal du 7 mars dernier qui estime que l’intérêt du public à accéder à l’information en matière d’environnement était supérieur à l’intérêt commercial dans l’affaire du renouvellement de la licence du glyphosate. Cela constitue un encouragement pour tous ceux qui mènent ce combat.

Sitôt élu je vous tiendrai au courant de toutes mes démarches pour mettre en application les propositions que je formule aujourd’hui.

Espérant nous retrouver ensemble dans ce combat qui est partie prenante de celui du climat, je vous adresse mes remerciements et mes cordiales salutations."