Vague de suicides chez les petits paysans indiens.


Marie Monique Robin est allée enquêter en Inde sur une vague de suicides qui touche les petits paysans indiens depuis plusieurs années. Même si ce phénomène est lié à de nombreuses raisons socio-économiques inhérentes aux difficiles conditions de survie dans le monde agricole indien, une augmentation des suicides a été observée depuis l’introduction des semences de coton transgénique Bt.
L’enquête porte sur la région des Etats du Maharasthra et de l’Andhra Pradesh connus localement comme la « ceinture du coton ». Dans le Maharasthra, une organisation paysanne, la Vidarbha Jan Andolan Samiti (VJAS) recense les cas de suicides qui se maintiennent à une moyenne de trois par jours depuis plus de deux ans. Le leader du VJAS explique la situation en présentant une carte de recensement : « Ce sont tous les suicidés que nous avons enregistrés entre juin 2005, date de l’introduction du coton Bt dans l’État du Maharashtra, et décembre 2006. Cela fait 1 280 morts. Un toutes les huit heures ! En revanche, ici en blanc, c’est la zone où l’on produit du riz : vous voyez qu’il n’y a pratiquement pas de suicides ! C’est pourquoi nous disons que le coton Bt est en train de provoquer un véritable génocide … » [1] Malgré ces mots forts, le leader paysan reconnaît que les suicides existaient déjà avant l’introduction des semences transgéniques, mais aujourd’hui il y a une accélération préoccupante du phénomène. Selon le gouvernement du Maharashtra, 1920 paysans ce sont suicides entre le 1er janvier 2001 et le 19 août 2006 dans tout l’Etat, mais de janvier à décembre 2007, l’organisation VJAS a recensé 1 168 suicidés, ce qui confirme l’accélération [2]. Cette vague de suicide touche tous les Etats cotonniers du Sud comme l’Andhra Pradesh. Pour comprendre ce phénomène de désespoir qui touche les paysans indiens, il faut revenir sur les conditions d’imposition de la « révolution génétique » en Inde.

(Pour en savoir plus voir l’article L’impossible cohabitation entre le modèle agricole indien et la culture d’OGM)





[1Le Monde Selon Monsanto, MM Robin, Coéditions La Découverte/Arte Ed. 2008, p343

[2Jaideep HARDIKAR, « One suicide every 8 hours », DNA India, 26 août 2006. Dans cet article, le journal de Mumbai (ex-Bombay) précise que, de sources gouvernementales, 2,8 millions de paysans de l’État (sur un total de 3,2 millions) sont endettés